Je suis un monstre (►Khunyoung - Chanwo◄) By AppuruPai

tumblr-lt3afs6o3j1qcr2vi.jpg

Je suis malade, malade et seul. Je marche, marche dans cette rue bondée mais je ne fais pas attention à eux, je suis seul. J'arrive devant cette grande porte, ce bâtiment, je n'ose entrer mais je le dois. Je prends mon courage à deux mains et entre. Ce lieu est aussi bondé, mais je sais ou je vais. Je longe ce long couloir blanc, sa sent la mort, l'odeur me picote le nez. J'arrive enfin à destination, je pose ma main sur la poignet, mon coeur s'emballe. Je décide de me calmer, je dois me calmer, il le faut. J'ouvre enfin la porte, une lumière douce m'éclaire, j'entre. Mes jambes tremblent, elles ne me soutiennent plus car je tombe à genoux. Des larmes commences à arriver au coin de mes yeux, je ne dois pas pleurer. J'arrive à les retenir, aucune n'est tombé, j'en suis fier. Je me lève, j'y arrive mais difficilement. Je suis de nouveau sur mes jambes, elles tremblent encore légèrement mais elles peuvent me soutenir, je le sais. J'avance, j'avance lentement, mon coeur est lourd. J'arrive, j'y arrive, je te vois mais ce qui me choque le plus est cette machine, elle arrête pas d'afficher des chiffres tout en fessant des bruits horrible. Tu es allongé sur ce lit, immobile. Je te regarde, tu es si magnifique dans ce lit, même dans ce lit d’hôpital. Je me décide enfin à bouger, je longe ton lit. Ma main touche le drap, il est doux, comme toi. Elle arrive près de la tienne, je la sert, je ne veux plus jamais la lâcher. Je m'assois à tes cotés, je te caresse avec mon autre main. Je te caresse le visage, je commence par ta mâchoire, tes lèvres, ton nez, tes yeux et pour finir tes joues. Je fais ce parcours plusieurs fois, tu n'as aucune réaction mais je sais qu'au fond de toi, tu aimes. Je t'embrasse, j'embrasse tes yeux, ton nez et tes lèvres douces. Je m'allonge à tes cotés, et m'endors en te serrant contre moi.

Le matin arrive, je sens une main me caresser, j'ouvre les yeux et te vois. Tu me souris, je n'y crois pas. Je te caresse la joue, les cheveux, je n'en reviens pas. Tu m'embrasses, je suis très heureux. Je te rend ton baiser, celà fait longtemps que tu ne ma pas embrassé comme sa. Tu me sers contre toi, on dirait que tu as peur de me lacher, de me perdre. Mais ne crains rien, je ne te laisserai jamais, jamais, tu entends ?

Tu me regardes, tes lèvres vont ensuite dans mon cou. Elles se promènent dans tout mon cou, tu alternent entre baisers et coups de langue. J'aime ça, je veux que tu continu. Alors que je suis bien, tu t’arrêtes, t'écartes un peu de moi. Je te regarde avec de grands yeux, cela te fait sourire.


" Ne sois pas aussi pressé. Je veux que se soit magnifique pour un homme comme toi."


Je me sens rougir, ta main vient me caresser la joue.


" J'aime quand tu rougis, ça te rend encore plus mignon."

J'ai rougit de plus belle, celà le fit sourire. Il passa ces mains sous mon t-shirt, il caresse ma peau brûlante, elle est brûlante désir. Tu me retires mon t-shirt, je te laisse faire, je te laisse me guider, comme à chaque fois. Tes mains caressent mes bouts de chairs déjà durcis. Tu me les embrasse, les suçote, j'aime sa, j'aime le contact de ta langue sur ma peau. Tu descend lentement, en formant des figures qui n'ont aucun sens. Tu arrives à mon pantalon, tu me l'enlèves, suivit de mon boxer. Je suis nu, tu me regardes avec envi, je suis gêné. Je suis gêné que tu vois mon corps nu, pourtant, se n'est pas la première fois que nous sommes dans cette situation. Tu enfouis ta tête dans mon entrejambe, tu lèches mon membre durci, le met en entier dans ta bouche. Je sens une vague de plaisir monter en moi, je murmure ton nom, tellement j'aime sa. Tu remontes pour m'embrasser, je te caresse le dos. Tu te déshabille, enfin je vais pouvoir voir ton corps. Tu es nu, tu te colles à moi, fessant toucher nos érections. Celà nous arrache un cris de plaisir. Tu nous fait changer de position, tu te retrouves allongé,moi au dessus. Je t'embrasse les lèvres, le menton, ton cou, te mordille le lobe de l'oreille, celà t'arrache un soupir de plaisir. Je descend, j'embrasse, lèche chaque parcelle de peau que je trouve. j'arrive au niveau de ton nombril, je sais que c'est ton point sensible, alors je l'embrasse, le lèche et même le mordre. Tu me caresses les cheveux, je sais que tu veux que je me dépêche. J'arrive devant ton sexe, je le prend en bouche, tu gémis. Je fais de rapide vas et viens, tu gémis de plus en plus. J'arrête tout, m'éloigne de toi. Je vois ton regard,, tu ne comprend pas pourquoi je m'éloigne. Ne t'inquiète pas, tu vas comprendre. Je te montre 3 doigts.


"Non, laisse moi le faire."

Je te souris et le smets dans ma bouche pour les humidifier. Quand ils le sont assez, je les entre dans mon intimité.

" Non, arrête, je veux le faire. Laisse moi te préparer."


Je commence les mouvements dans mon intimité, je m’habitue vite. Toi, tu me regardes avec insistance, tu aimerais le faire. Je retire mes doigts et me place au dessus de toi.

" Tu es sur de vouloir le faire comme ça ? Sa risque d’être beaucoup plus douloureux."

Je t'embrasse et te répond que rien n'est douloureux venant de toi. C'est à ce moment que je me m'assois sur toi, tu e sen moi, rien que cette sensation nous fait gémir. Je commence à bouger, tes mains sont sur mes fesses, tu sers fort, je vais avoir des marques, pas grave. Nous aimons sa, je vais plus vite, une de tes mains par de mes fesses pour aller prendre mon sexe. Tu me masturbes, je suis à bout. Tu viens en moi, je viens entre nos 2 torses. Je me retires et me met à tes cotés. Tu me prends dans tes bras.

"Je t'aime Wooyoung. Sois heureux."

Je me réveil, tu es toujours dans ce lit d’hôpital. Rien n'a changé, tu es toujours branché à cette fichue machine. Ce n'était qu’un rêve, mais un rêve qui avait l'air si réel. Je me lève, je m'éloigne de ton corps. Je vais dans la petite salle de bain qu'il y a dans ta chambre. Elle te sert à rien vu que tu es dans un lit et je pense pas que tu vas en ressortir. C'est cruel ce que je viens de dire, mais réaliste, les médecins ne  sont pas très optimiste, arrête, il faut pas que je pense à sa, c'est trop horrible. Je sors de la salle de bain, je regarde dans ta direction si quelque chose à changé. Mais non, tu es toujours immobile, dans la même position, celà me fait mal. Je décide d'aller prendre l'air, c'est trop dur de te voir comme sa. Je sors de l’hôpital, il fait bon, l'air est contre mon visage, sa me fait du bien. Je marche, marche tranquillement, je marche toute la journée, achète des vêtements, à manger et rentre chez moi, chez nous. Je vais me laver, celà me fait beaucoup de bien. L'eau sur mon corps, elle est pas trop chaude, ni trop froide, elle est parfaite. C'est la même température, que toi, comme tu aimes. Je reste sous l'eau pendant 30 min, celà ma beaucoup détendu. Je suis dans le salon, assis sur le canapé, je me sens seul. Je reçois un appel de Junho, je décroche.

Junho : On va en boite avec les autres. Sa t'intéresse de venir ?

Wooyoung : Hm. Sa me changera les idées.

Je raccroche, pourquoi est ce que j'ai accepté, je sias que je vais m'ennuyer sans toi. Il est l'heure de partir, j'arrive au lieu du rendez vous. Vous etes tous là, vous avez déjà commencer à boire, vous riez aux éclats. Vous m'incrustez dans votre conversation, vous me dites de me détendre, je le fais, voir un peu trop.

Les amis s'amusent, boivent, rient. Wooyoung est tellement ivre, qu'il ne peut rentrer seul. Chansung, le moins ivre de tous, décide de le ramener. Ils arrivent chez Wooyoung, Chansung l'allonge enfin, il veut l'allonger sur le canapé mais Wooyoung refuse.


Wooyoung : Fais moi l'amour.

Chansung : Quoi ? T u dérailles mon grand et Nichkhun ?

Wooyoung : Il est à l'hôpital. Il n'en sera rien.

Chansung : Je peu pas, on peut pas. J'ai Junho et toi Nichkhun.

Wooyoung s'énerva, il fit tomber Chansung au sol et se rua sur lui.

Wooyoung : Fais moi l'amour ! Je n'en peu plus !

Il l'embrassa férocement. Chansung se débattit et réussissat à écarter Wooyoung.

Chansung : On ne peut pas.

Il se releva, alors qu'il allait partie, il entendit Wooyoung pleurer. Il se retourna et allât le prendre dans ces bras.

Chansung : Ne pleure pas, je voulais pas être méchant.

Wooyoung : Alors fais le. Fais la moi.

Wooyoung avait les yeux encore plein de larmes, Chansung ne put résister.

Il l'embrassa tout en le serrant contre lui. Wooyoung s'accrocha à lui, ils se décollèrent, Wooyoung enleva son t-shirt tellement il était pressé de sentir Chansung en lui, contre lui. Il enleva son pantalon et son boxer. Chansung le regardait, il avait refusé au début mais à présent que Wooyoung était nu devant lui, il n'avait plus de remord et de doute. Il se déshabilla et allât se mettre assis sur le canapé, les jambes écartées, laissant apparaître son sexe tendus. Wooyoung allât près de lui à quatre pattes. Il avait un sourire pervers, il l'embrassa à l’intérieur de ces cuisses. Puis arriva sur le membre, il l'embrassa, le mordit, il jouait avec. Chansung n'en pouvait plus, il l’attrapa par les cheveux et fit entrer son membre en entier dans la bouche avide de Wooyoung. Il se vida dans la bouche de son amant d'un soir. Wooyoung allât trouver les lèvres de Chansung pour faire partager la semence. C'est la que Chansung le retourna brutalement, il le fit se mettre à quatre pattes, Wooyoung avait ces avants bras sur la table basse. Il s'avait ce qu'il allait se passer, il était prêt. Chansung le pénétra sans préparation, il avait tellement envi. Il n'attendit même pas que Wooyoung s'adapte, il commença ces coups de butoir. De violent coup de hanches qui fessait hurler Wooyoung tellement il aimait sa. Ils étaient trempé de sueur, quand la fin se fit sentir, il masturba Wooyoung. Wooyoung aspergea la table et la main de Chansung. Il sortit de Wooyoung et se mit assis contre le canapé, Wooyoung fit de même.

Wooyoung : Magnifique.

Chansung : Hm. Comme toujours avec moi.


Il se leva, se rhabilla et partit. Wooyoung restât assis par terre, nu et encore plein de sueur. Il se décide à aller prendre une nouvelle fois sa douche car il en avait besoin.

Je suis sous la douche, je sens une vague de larmes monter en moi. Pourquoi j'ai fait sa ? Qu'est ce qui ma pris ? Je suis horrible, pauvre Nichkhun, je viens de te faire souffrir, je suis un monstre alors que toi, tu es dans un lit d’hôpital. Je tombe dans la douche, l'eau coule toujours autant. Après 1h, je sors enfin, je met ton peignoir et reste dans la salle de bain, recroquevillé sur moi même. Je m'endors sur le carrelage froid, je me relève le lendemain, j'ai mal partout. Sans doute à cause de ma position par terre et de se que j'ai fait avec lui. Non, il faut que j’arrête d'y penser, pour mon bien, pour toi, pour toi Nichkhun. Je m'habile, mange un petit morceau et pars te rejoindre. En allant à l’hôpital, je passe devant un fleuriste, j'achète ta fleur préféré, un lys. J'arrive dans ta chambre, je la pose près de toi et m'allonge à tes cotés. Tu respires difficilement, celà m'inquiète, j’appelle un médecin. Il arrive, t'ausculte et me dit que tu vas bien. Il repart, je me remet à tes cotés. Je m'assoupis, je suis réveillé par quelque chose, quelqu'un qui bouge à mes cotés. J'ouvre les yeux et me met assis, je te regarde, c'est ta main qui ma réveillé. Par surprise, je tombe à terre mais me relève très vite. Je suis à genoux, seul ma tête dépasse le lit, tu tournes ta tête vers moi et me sourit tendrement. Tu es beau, mais non, je ne te mérite pas, je t'ais fait du mal, je suis un monstre. Tu as remarqué, car ta main me caresse la joue, et ton regard est interrogateur.

Nichkhun : Qui a-t-il ?

Je fond en larme et me précipite dans tes bras.

Nichkhun : Qui a-t-il ?

Tu me caresses les cheveux, j'aime cette sensation, non, tu ne dois pas. Je m'écarte de toi, tu ne comprends pas, je suis toujours en larme.

Wooyoung : Je suis désolé. Je suis désolé.

Nichkhun : Pourquoi ? Pourquoi ?

Wooyoung : Je t'ais trompé.

Je me décide à te regarder, tu es tout blanc, tes yeux sont écartés. 

Nichkhun : Avec qui ?

Wooyoung : On s'en fout avec qui. C'est pas important.

Nichkhun : Sa l'est pour moi. Alors ?

Ton regard est dur, il me blesse mais je comprend. Je baisse ma tête, car je ne veux pas voir ta réaction, j'ai trop peur.

Wooyoung : Chansung.

Je n'entend rien, aucune insulte, aucun reproche, celà me trouble. Je te regarde, des larmes coulent le long de tes joues, je veu m'approcher mais tu me repousses, sa me fait mal. Mon regard est planté dans le tien, il y a de la haine et surtout beaucoup de tristesse dans le tien. Alors que je ne m'y attend pas, la machine s'emballe, tu tombes en arrière sur ton oreiller, commence à convulser. J'ai peur, je te prend dans mes bras, je pleure. Des infirmières, un médecin arrivent, il te retire de mes bras. J'hurle, je ne veu pas, j'essaye de me débattre mais elles me tiennent. Il ouvre ta blouse, laissant apparaître ton torse, ils t'injectent des médicaments, te choque. Aucune amélioration sur le moniteur, j'hurle, hurle avec toute l'énergie de mon corps.

Wooyoung : Bat toi Nichkhun ! Bat toi ! Ne me laisse pas seul !

Il te choque une dernière fois, il arrête. Il se tourne vers moi, il a un regard triste, il me fait non de la tête. Non, tu ne peux, tu ne peux mourir. J'arrive à me retirer de leurs bras, je pousse tout le monde, je te regarde, te secoue en hurlant ton nom comme un fou. Mais rien, tu es bien partis, tu ma laissé. Je laisse tomber ton corps sur le lit, tombe à genoux et pleure. Ils me laissent avec toi, ils nous laissent tout les 2.

(...) Celà fait 1 an que tu ma quitté, je suis toujours seul, je n'arrive pas à retrouver l'amour. Tu me manques, beaucoup trop. Au lieu de recommencer une relation, je préfère avoir des histoires d'un soir. Parfois je me fais payer, j'aime sa. A cause de moi, Chansung et Junho se sont séparé, il a appris pour notre nuit. Je vois de temps en temps Chansung, on s’envoie en l'air et il part. C'est comme sa, sa me va. Je vis comme un dépraver depuis le jour ou tu ma quitté. Parfois, j'ai l'impression de te sentir à mes cotés mais ce n'est qu'une illusion. Mais je suis sur d'une chose, le jour ou tu es mort, tu as pris mon coeur avec toi. Je l'ais enterré avec toi et à présent, il l'appartiens qu'à toi et t'appartiendra à jamais. Je t'aime Nichkhun et sa pour le reste de ma triste vie.

 

By Appurupai :)


 


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site